COVID-19, garder le lien avec l’Office AI et comment respecter les directives de sécurité ? Ouvrez la zone pour plus d’infos.

Conformément aux directives du Conseil fédéral, notre office continue à favoriser le télétravail. Afin de garantir pour chacun une protection optimale, nous vous invitons à privilégier le contact par téléphone au 021 925 24 24 ou par le biais de notre formulaire de contact.

Nous mettons tout en œuvre pour répondre à vos appels et nous vous remercions par avance de votre compréhension.

05.06.09

29.07.2009
Les employés de l’Office AI testent les fauteuils de leurs assurés

Article paru dans le 24 heures le samedi 7 juin 2009

INÉDIT - A Vevey, septante collaborateurs se sont mis quelques heures dans la peau de handicapés physiques et sensoriels. Une expérience forte.

Tourner à droite, ça va. Attaquer la rampe et sa pente de 12%, c’est déjà plus ardu. Et manœuvrer les roues du fauteuil dans l’exigu cabinet de toilette, c’est carrément mission impossible pour le néophyte.

En fin de semaine dernière, à Vevey, septante employés de l’Office AI se sont mis dans la peau des assurés dont ils traitent les dossiers. Le personnel de l’office était en effet invité à suivre trois ateliers simulant le quotidien de personnes en fauteuil roulant, souffrant de troubles visuels, ou victimes de problèmes auditifs. Pour se plonger dans cette réalité parfois déstabilisante, les employés ont chaussé des lunettes de basse vision simulant l’opacité du cristallin, se sont enfoncé des tampons auriculaires dans les oreilles avant de s’essayer à la lecture labiale, et ont dû dompter les pneus de leur fauteuil roulant.

Les ateliers étaient mis sur pied par l’Association vaudoise pour la construction adaptée aux handicapés (AVACAH). «Il peut paraître étonnant que des spécialistes de la réadaptation ne se soient jamais assis dans une chaise roulante. Notre objectif, c’est d’amener les employés de l’Office AI à une meilleure compréhension des gens et des situations qu’ils rencontrent», explique Jean-Michel Péclard, délégué technique de l’AVACAH. Mission accomplie, à en juger par les mines de Michèle et de Blandine au terme de leur demi-journée de sensibilisation: «L’expérience était extrêmement intéressante, aussi bien sur le plan strictement professionnel que sur le plan humain. »

Chef du service Communication de l’Office AI vaudois – 300 employés au total et 21 000 demandes traitées en 2008 –, Dominique Dorthe estime que cette première expérience amènera le personnel de l’office à gérer les situations délicates d’une façon nouvelle: «Avec certains assurés très revendicateurs, la tension est parfois vive. Nous n’attribuerons pas pour autant des prestations à des gens qui n’en ont pas le droit, mais lorsqu’on devra leur dire non, on le fera différemment. »